forum d'une équipe de joueurs de Super Smash Bros Brawl ^^
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Fanfic, OS

Aller en bas 
AuteurMessage
Vinr

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 11/08/2010
Age : 25

MessageSujet: Fanfic, OS   Dim 12 Aoû - 3:18

Esprit noir, arpentant la rue jour et nuit avec mon pokémon. Je mangeai du béton tous les jours tellement que j'en ai oublié le goût de l'amour, mon destin quoi qu'il arrivât était en réalité scellé. Comment ne pas fermer les yeux quand on vous annonce que vous n'avez même pas de quoi entretenir un pokémon...


- Salamèche va-t-en je n'ai plus d'argent pour toi ! Criai-je en pleurant.

- Sala ! Répondit mon pokémon ne comprenant pas et me regardant tendrement en penchant la tête.

- Va-t-en ! ! ! Vociférai-je en pleurant.

Mon pokémon pleura aussi ne sachant que faire devant les gens qui regardaient la scène sans se gêner de la situation présente. Pour les gens s'étaient une scène récurrente, à chaque début d'année lorsque trop de dresseurs perdaient de combats il fallait qu'ils abandonnent leur quête ; tel était leur destin.

Le pokémon, mon pokémon me regarda ne comprenant pas lorsque je lui mis un coup de pied dans le ventre, tout en pleurant, pour ensuite lui montrer de la main le lointain derrière lui. Il se retourna, misérable, le sable plein le visage, se frotta avec la patte les yeux puis se retourna cherchant quelque chose dans ce que je lui montrai. La seule chose qu'il comprit ce fut la souffrance, d'une main, il caressait son ventre avec une grimace.

J'en fus affligé mais il fallait qu'il comprenne qu'avec moi son avenir ne sera que des méandres, nous ne serions même pas des prolétaires !

Chaque goutte de mes défaites roulait sur ma joue pour atterrir sur le sol s'éclatant ensuite. Et son goût était drôlement salé, pas amère, qui avait inventé cette idiotie ?

Salamèche la tête d'ange avec ses yeux de Cerfrousse bébé me fixaient, comme s'il avait fait un choix ; un corps plutôt chétif à cause des derniers jours que nous avions subi, on n'avait pas d'argent et donc pas à manger. Ses pattes tremblaient car il n'avait pas été soigné non plus depuis quelques jours, et avec la fatigue et le manque de nourriture, aussi un manque de sommeil accumulé, aucunes de ces souffrances s'étaient renfermées et son moral, même au plus bas, me soutenait toujours. Il n'avait aucune caractéristique des pokémons normaux, lui chétif les autres montrant parfois un embonpoint.

Comment pouvais-je le frapper ? A qui la faute de cette situation ? Moi ?

Puis arriva un autre coup de pied dans son ventre, je lui fis comprendre qu'il fallait qu'il s'en aille. Salamèche cracha du sang ; arriva la bonne personne.

- Ne bougez pas ! La police des pokémons est là ! Nous les Rangers ! Nous allons prendre votre pokémon puisque vous le battez ! Sous la moindre résistance nous attaquerons !

Je souris tristement à mon pokémon qui ne comprit pas quand on me passa les menottes victime du système et lui emmené par les Rangers crachant du feu comme jamais il n'avait fait tout en se débattant. J'en pleurai tant la scène était triste et chargée d'ironie. De nos jours étaient condamnés les perdants, et les gagnants en profitaient.

Maintenant je voyais mon pokémon entraîné contre sa volonté main dans la main avec la Rangers qui lui achetait une glace à la fraise. Salamèche me jeta un dernier regard et poussa un cri lorsque je montai dans une voiture de Rangers bleue et blanche. Il eût pu parler sans doute auraient-ils compris ce que réellement était la situation, mais sans doute était-ce mieux qu'il ne parla pas. Cela arrangeait les choses.

Je lui jetai un dernier regard. Salamèche tenant la main à une Rangers avec des cheveux bleus attachés pour faire une queue de Ponyta, des yeux bleus me foudroyant du regard, son visage me semblait bienveillant, parfait. Un meilleur avenir lui serait réservé. Bien que je n'apprécie peu son accoutrement assez léger cela faisait vulgaire.



J'ai été amené à leur Q.G. où je perdis le sens du temps, il me sembla, là-bas, rester deux mois sans sortir, d'ailleurs les deux mois s'écoulèrent dans le sang, à chaque réveil une scarification s'imposait pour marquer, d'après mon moi lors de ce moment-là, un jour.

Si mes souvenirs étaient bons il y avait une douche italienne avec un siphon au centre, l'eau était parfois terreuse et bien souvent froide ; un lavabo était là, sans eau chaude, avec une brosse à dent sans dentifrice ni rien d'autres d'ailleurs. Mon matelas siégeait par terre avec ma couverture. A ma sortie il était rouge empli de sang rubis dont chaque goutte exprimait ma souffrance. Pendant mon séjour j'avais trouvé un moyen de l'évacuer, ma souffrance ; c'était magique ! Et il me semble que tout était assemblé sans mur pour séparer, donc parfois l'eau venait laver mon sol rouge.


A ma sortie on me colla une étiquette à la poitrine, « bat les pokémons » et de ce fait les gens me traitèrent comme un monstre ; d'autre part certaines personnes me prirent pour un réel batteur de pokémons, et quand ils comprenaient que je n'étais pas un vrai ils me tabassaient. Je finissais sur le béton crachant mes entrailles en avalant la poussière à grande bouchée, c'était une scène désagréable mais cela avait quelques bonnes conséquences. Du genre en montrant mon état je pouvais avoir gratuitement des substituts de légumes, ersatz. C'était meilleur que des baies pour pokémons, j'étais devenu non plus un être humain mais un moins que pokémon.

Adolescent j'avais beaucoup entendu parler des droits de l'homme et de la liberté, à présent je voyais qu'on avait ces deux qu'en étant pas affiché comme batteur de pokémon. Tant qu'on ne portait pas d'étiquette. Mais je m'accommodai de mon train de vie, certes, pas sain mais s'en était un tout de même et puis pourquoi me redresser ? La mort ne devrait pas tarder à aller me chercher, je l'attendais impatiemment.

Pourtant elle ne vint pas ; pourquoi ?


Chaque jour qui passa était comme une longue agonie, je traînais ma peau morte sur ce béton voyant le monde me fuir et guère s'émouvoir de mon sort qui ne venait pas. Mon esprit avait uniquement une pensée qui m'obnubilait : survivre. Et pourquoi ? Pourquoi ne pas mourir, pourquoi ne pas forcer le Destin.

Un jour alors que j'arrivai à me mettre presque droit et voir normalement je me plaçai sur la rambarde d'un pont, un cours était en dessous tonitruant et dangereux car il possédait maints remous. C'était un endroit parfait pour mourir une forêt était des deux côtés avec son aura verte donnée par le Soleil ne pouvant percer les feuilles de ses rayons dorés. Des pokémons insectes volants bourdonnaient me regardant et voyant ma détresse et ma folie d'être sur cette rambarde.

Alors que mes larmes coulassent sur mes joues, gouttes de quelques centimètres contenant une souffrance, dans un monde trouble, à cause de l'humidité de mes yeux je vis un tas de pokémons amassés à l'orée de la forêt des deux côtés ; un Cerfrouse bramait magnifiquement puis s'avança jusqu'à baisser l'échine. Geste de soumission, il me semblait.

Je frottai mes yeux pour mieux voir, nullement je rêvai. J'étais un batteur de pokémons, pourquoi tous me contemplaient avec une semblable gratitude ou compassion. Que voulaient-ils ?

Je me remis à terre, avançant vers le Cerfrousse qui venait vers moi aussi. Alors je lui caressai l'échine qu'il me tendait ; d'un coup sec il me fit venir sur son dos et courut jusqu'à que le vent me fouettât le visage, où qu'il me menât ce serait certainement beau voire d'une beauté immuable.

La joie de vivre vint en une adrénaline me réveillant d'un long sommeil auquel que j'eus cru céder à mourir. C'était avant, maintenant je vivrais !

Quelques pokémons insectes nous suivirent, soudainement dans mes pensées s'insinua Salamèche, qu'était-il devenu ?
Un Insécateur shiney volait très vite, agile, athlète et avec à une puissance magistrale voire incommensurable...


- ... La meilleure bonne nouvelle du jour est la mort d'un de ces mécréants batteur de pokémons. Apparemment les pokémons auraient fait justice en lui coupant la tête, on peut voir aussi la tête d'un Cerfrousse qui sans doute eût pu être violenté par l'homme. Paix à l'âme du pokémon ; damnation à l'âme de ce mécréant.


Salamèche dans son coin regardait le professeur Chen écrire sur un cahier, comme d'habitude, tandis qu'une grande télévision, écran plasma, diffusait les informations du jour. Vous savez sans doute la suite... Salamèche pleura en voyant la tête de son dresseur, tandis que les autres pokémons jouaient ensemble, sauf Pikachu. Pokémon extrêmement sauvage et qui aimait Salamèche, en ignorant son passé.

Tous les pokémons de la salle avertirent le professeur Chen qu'un des leurs pleurait.

- C'était ton dresseur, non ? Celui qui te battait ? Pourquoi pleures-tu ?

Et le pokémon triste fit non de la tête ; Chen comprit, il le prit dans ses bras.


Je publierai prochainement une fanfic à long termes. Et après je suis au courant que mes phrases sont maladroites et certaines expressions douteuses mais je l'ai écrite il y a deux ans et je n'ai pas envie de la reprendre ^^
Revenir en haut Aller en bas
 
Fanfic, OS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fanfic' B.A.P - 2NE1 - Ulzzang] You're The Key
» [Fan-Fiction] Ikaru's dimension HF.3 : Malcom Mèkzelhov , new tome 3 !
» [Story] Federation of Fear 10
» [Fan-Fiction] Fan-fic collective: Biophile Project
» [Fan-Fiction] L'Héritage: Tome 1, Sokar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Evil gods (SSBB) :: Le coin des artistes-
Sauter vers: